michel conseil  Talent de négociateur de l’administration Demers remis en doute michel conseil

Les conseillers municipaux du Parti Laval, Jean Coupal et le chef intérimaire de la formation Michel Trottier, remettent en doute sérieusement le talent de négociateur ou le pouvoir de négociation, annoncé avec enthousiasme cette semaine par le maire, Marc Demers.

 

Manque d’information

 

Les conseillers municipaux dénoncent le manque de transparence dans les multiples négociations avec les syndicats en ne chiffrant aucun gain significatif obtenu par la ville tout en omettant les charges additionnelles de plusieurs dizaines de millions que devront supporter les contribuables lavallois devant l’aplaventrisme du maire Demers à l’égard des syndicats municipaux dont il est lui-même issu. Le conseil n’a même pas à être informé du résultat des négociations sauf pour les cadres de direction.

 

Pour les conseillers municipaux Jean Coupal et Michel Trottier, les citoyens et les conseillers doivent avoir accès aux chiffres pour analyser proprement les négociations conclues avec les syndicats.

 

«Je comprends l’engouement du Maire de dire qu’il privilégie la négociation, mais sans la loi 15 dont le maire mettait en doute son efficacité, la ville devrait supporter une charge additionnelle annuelle de plus de $10 millions», a commenté le conseiller municipal de Fabreville, Michel Trottier.

 

La loi 15 prévoyait au départ un partage 50/50 du déficit passé entre l’employeur et les employés actifs. Suite aux travaux de la commission parlementaire, une marge de négociation jusqu’à 55% a été permise tel que demandé par la ville au point 31.3 de son mémoire déposé à cette commission. Malheureusement pour les contribuables lavallois, 100% de la marge de négociation de 5% a été négocié, si on peut utiliser ce terme en faveur des employés. Donc comme résultat, les contribuables devront renflouer les coffres de plus de $40 millions sur une période de 15 ans. Merci aux législateurs québécois d’avoir plafonné la marge de négociation car qui sait où serait allée la générosité de notre maire sans celle-ci.

 

Enjeux à venir 

 

D’autres enjeux sont à prévoir relativement à la loi 15, soit l’arbitrage avec les policiers et surtout l’indexation des rentes pour les retraités. D’autres dossiers dont les conseillers du Parti Laval tenteront dans les prochains mois d’obtenir des gains pour les contribuables lavallois. Autant à Montréal qu’a Québec les administrations Coderre et Labeaume sont attentives à la réduction de la masse salariale de leurs employés, autant à Laval l’administration Demers dans ses vertus de négociateurs semble vouloir satisfaire les demandes des syndiqués et des cadres pour acheter la paix au détriment de l’assainissement des finances municipales et de la capacité de payer des contribuables lavallois.