Le chef du parti d’opposition parti Laval, Michel Trottier, a déposé les tableaux récapitulatifs des salaires et des sorties des élus 2016 lors du conseil municipal, mardi soir. Prônant la transparence et l’accessibilité de l’information aux citoyens, M. Trottier a profité de l’occasion pour rappeler à ses collègues que les bilans déposés dressent des situations d’inégalité entre les élus du parti au pouvoir et les autres. 

 Dépenses des fonds publics 

Chaque conseiller dispose d’un budget annuel pour couvrir les activités et les responsabilités municipales dans le cadre de leurs fonctions. En 2016, ce budget de « Recherche et de soutien » était de 27 712 $ par conseiller. Or, malgré le fait que les conseillers de l’opposition et indépendants utilisaient ce budget pour couvrir leurs sorties, les conseillers du Mouvement Lavallois – Équipe Marc Demers, ont puisé directement dans le budget de la ville pour couvrir plusieurs de ces frais, et ce, en dépit de leur  propre budget de recherche et de soutien de 415 680$ et de leur budget de cabinet de 1, 396 000 M$. L’utilisation de ces fonds publics assurait non seulement la participation des conseillers du parti du maire aux activités, mais également de membres de leur personnel politique. 

« Les conseillers du Mouvement Lavallois utilisent les fonds de la ville afin d’assurer, entre autres, la présence de leur parti politique dans les événements publics. Les contribuables n’ont pas à assumer des frais supplémentaires de sorties quand des budgets sont déjà attribués pour le faire.  J’y vois un manque de jugement des élus et un manque de considération envers la population. » S’est exprimé M. Trottier.

En 2016, les conseillers du Mouvement Lavallois – Équipe Marc Demers ont dépensé 58 017,37$ pour couvrir leurs sorties, alors que les deux autres partis d’opposition ont dépensé 1770, 61$. L’inégalité envers les conseillers des autres formations politiques serait expliquée par la présence exclusive des conseillers du parti du maire sur le conseil exécutif de la ville, chargé d’approuver ces dépenses. Pour M. Trottier, cette dynamique décisionnelle est « partisane » va à l’encontre de l’intérêt des citoyens. 

Salaires différents et nominations partisanes  

Le conseiller municipal de Fabreville, Michel Trottier, a également rendu publics les salaires des élus, dénotant un déséquilibre entre la rémunération des élus au pouvoir et les autres. Bien que le salaire de base de 30 530 $ soit le même pour tous les élus, les postes rémunérés sur des comités sont occupés exclusivement par des conseillers au pouvoir. Malgré la légalité de ces pratiques, les conseillers du Parti Laval dénoncent la partisanerie au détriment d’une saine démocratie.

« Ce n’est pas parce que c’est légal que c’est moral. Avec ces pratiques d’exclusion et de travail en vase clos, la démocratie lavalloise est encore sous la main mise de quelques individus qui contrôlent la ville. » A argué le conseiller de Laval-des-Rapides, Pierre Anthian.

En guise d’exemple, le conseiller municipal Jean Coupal, anciennement sous la bannière du Mouvement Lavallois, s’est vu retirer son poste sur les comités de vérification et de retraite quand il a pris la décision de quitter ce parti.

À l’heure des échanges sur le projet de loi 122 et de la possibilité de laisser le conseil décider lui-même des salaires de ses membres, les conseillers du Parti Laval ont souhaité rendre publiques ces informations d’utilisation des fonds publics.

Rémunération des élus 2016 V3 (1)

Bilan sorties élus 2016