Les conseillers municipaux du Parti Laval—Équipe Michel Trottier, Pierre Anthian, Jean Coupal ainsi que le candidat à la mairie, Michel Trottier, craignent que l’ouverture officielle de la Place Bell prévue le 1er septembre prochain cause d’importantes problématiques de stationnement au centre-ville.

 

Stationnement disproportionné 

À capacité maximale, la Place Bell pourra accueillir jusqu’à 15 000 personnes alors que le stationnement réservé à l’amphithéâtre n’offre que 700 places de stationnement. Dans le quadrilatère le plus achalandé de Laval, le conseiller municipal de Laval-des-Rapides, Pierre Anthian, craint des débordements dans les zones résidentielles.

« Les citoyens de Laval-des-Rapides ne sont pas protégés par un système de vignette fonctionnel. Demandez à n’importe quel étudiant, utilisateur du métro ou à un résident de Laval-des-Rapides, le quadrilatère de la Place Bell est saturé. Les citoyens du secteur craignent que la mauvaise prévision du stationnement de la Place Bell encourage les visiteurs à se stationner gratuitement dans les zones résidentielles et empire la problématique. Une action politique doit être posée. »

 

Solution temporaire

Le candidat à la mairie, Michel Trottier, est dubitatif devant la solution de louer les espaces de stationnement des centres commerciaux avoisinant. Un système de navette assurera le transport des visiteurs pour les stationnements situés à plus d’un kilomètre de la Place Bell, comme le site de l’Hôtel de Ville. Une solution qu’il juge «peu attrayante» qui demandera un temps de déplacement supplémentaire important. Malgré les 12 000 places de stationnement existantes aux Galeries Laval et au Centre Laval, le conseiller municipal de Fabreville rappelle que les stationnements commerciaux sont fortement utilisés les soirs et les fins de semaine, durant les périodes commerciales. Il souligne également que les commerçants n’ont aucune obligation de louer des places.

« Le site de la Place Bell a été mal choisi et nous devons conjuguer aujourd’hui avec une erreur de jugement. Au total, les Lavallois auront payé plus de 122 millions de dollars pour bâtir la Place Bell, devront payer pour se stationner et la ville paiera pour profiter des glaces publiques. Le quadrilatère de la Place Bell est congestionné de voitures par les étudiants qui augmentent chaque année, par les tours Urbania qui ne disposent pas d’espaces de stationnement pour les visiteurs, et l’Espace Montmorency qui verra le jour dans les prochaines années. Une révision complète du développement du centre-ville et l’étude de stationnements étagés devraient être envisagées rapidement. » S’explique M. Trottier.

Volte-Face

Le Parti Laval—Équipe Michel Trottier relève le volte-face de l’administration Demers, dont le Parti politique mettait en demeure la Ville de Laval et la Cité de la culture et des sports en 2013 afin de cesser toute démarche visant à finaliser l’entente de gestion de la Place Bell avec Evenko. Le parti politique d’opposition estime que le maire Demers a encore une fois privilégié les intérêts privés au détriment de ceux des citoyens alors que le maire disait, en 2013, vouloir prendre « tous les moyens nécessaires pour protéger les intérêts des citoyens.»

 

Le Parti Laval— Équipe Michel Trottier souligne l’importance d’un centre-ville dynamique à échelle humaine qui respectera les raisons pour lesquelles les citoyens ont choisi Laval.