Le candidat à la mairie pour le Parti Laval, Michel Trottier, constate que les stratégies utilisées par Marc Demers pour assurer la sécurité des piétons et des cyclistes dévisagent les quartiers résidentiels et suscitent la grogne des citoyens. M. Trottier qualifie certains travaux comme étant «précipités» «bâclés» et «incompris», tout en affirmant que certaines de ces mesures provoquent des problèmes de congestion supplémentaires. 

Objectif manqué 

Pour le candidat à la mairie, les mesures d’apaisement de la circulation sont le premier pas vers la sécurité et le partage de la route entre les différents usagers. Selon lui, les mesures implantées ont eu l’effet contraire et ont envenimé les relations entre cyclistes, piétons et automobilistes.

« Marc Demers a fait d’un dossier important pour la sécurité des piétons et des cyclistes un fiasco monumental qui irrite les automobilistes et les citoyens, ce qui est contreproductif quand on veut améliorer le partage de la route. » Commente Michel Trottier.

À ce titre, il identifie les voies réservées pour autobus sur le boulevard Curé-Labelle, que le Parti Laval propose de maximiser en permettant leur utilisation par le covoiturage et les voitures électriques et hybrides. Il identifie également les bandes bleues et blanches peinturées aux abords des écoles et des parcs, qui font plutôt allusion à une « piste de course ». M. Trottier critique également la fermeture de voies de circulation sur plusieurs artères importantes causant de la congestion et finalement, l’utilisation de blocs de ciment pour restreindre l’espace de certaines intersections. Selon le candidat à la mairie, bien que les mesures d’apaisement de la circulation soient nécessaires, le choix des mesures et leur implantation ne respectent pas l’esthétique des quartiers et la volonté des citoyens. Sur l’ensemble des mesures d’apaisement de la circulation, seulement 7 dos d’âne ont été planifiés, une mesure grandement demandée par les citoyens.

Consulter d’abord, implanter ensuite

Pour Michel Trottier, la volonté de M. Demers de consulter les citoyens après l’implantation des mesures est trop peu, trop tard.

« Ce programme de mesure d’apaisement de la circulation a été mis en place dans la précipitation électorale sans consulter les citoyens.  La population se retrouve prise en otage avec des solutions qui sont devenues des irritants majeurs, et qui auraient pu être évitées grâce à la consultation. » Affirme M. Trottier. 

Le chef de Parti Laval, Michel Trottier s’engage à évaluer l’impact réel des mesures mises en place par l’administration Demers. M. Trottier rappelle qu’il s’ « engage à corriger le tir et à consulter les citoyens avant d’implanter des mesures qui affectent directement leur qualité de vie ».

Colère entourant les mesures d’apaisement de la circulation