Le chef de l’opposition officielle, Michel Trottier, ainsi que le conseiller municipal de Fabreville, Claude Larochelle, redoutent les répercussions des cafouillages survenus à la Place Bell sur la réputation de la ville et sur le développement de celle-ci à long terme. Devant le refus du maire de Laval à commenter la situation, l’opposition officielle tient à rappeler que la Ville de Laval dispose d’un large éventail de leviers afin d’améliorer la sécurité, la circulation et le stationnement lors de représentations à la Place Bell.

Fuir une responsabilité municipale

Le chef du Parti Laval, Michel Trottier, reproche au maire de Laval de se défiler lorsqu’il s’en remet au promoteur Evenko afin d’expliquer la totalité des problèmes de la Place Bell. Pour le chef de l’opposition officielle, l’administration en place doit immédiatement démontrer une volonté d’améliorer ses services pour éviter une dégradation généralisée de la réputation lavalloise.

« Le maire évite le problème en mettant toute la responsabilité sur Evenko alors que la gestion de la circulation, la signalisation des voies publiques et la sécurité des citoyens sont de notre responsabilité. À ce stade de développement du centre-ville, c’est un très mauvais moment pour manquer de leadership.» Commente M. Trottier.

Le chef de l’opposition officielle rappelle que les problèmes encourus à la Place Bell auront un impact direct sur la vente de billets de l’amphithéâtre, hypothéquant l’investissement des contribuables lavallois.

« Les Lavallois ont payé plus de 200 M$ pour financer la Place Bell et la seule source de revenus est liée à la vente des billets. Si les citoyens et les visiteurs boudent la Place Bell, les revenus de la Ville ne seront pas au rendez-vous. C’est un enjeu majeur auquel il faut faire face immédiatement par le dialogue avec le promoteur et en envisageant un recours rapide aux différents leviers municipaux. » Ajoute Michel Trottier.

Ouverture précipitée?

MM. Trottier et Larochelle plaident que l’ouverture de la Place Bell a été précipitée à des fins électoralistes. Ils identifient un manque de vision et de planification comme les causes du manque d’efficacité de la Place Bell.

« L’absence d’un corridor souterrain reliant directement la Place Bell au métro, le stationnement étagé qui n’a jamais été complété et le nombre d’espaces de stationnement souterrain nettement insuffisant pour la capacité de la salle sont les conséquences directes d’une précipitation évidente à ouvrir l’amphithéâtre. Aujourd’hui, on se retrouve à devoir gérer des problèmes qui n’auraient jamais existés si nous avions fait preuve d’un minimum de planification ».

Le Parti Laval – Équipe Michel Trottier entend clarifier les actions à prendre lors de la prochaine séance du conseil municipal, le 16 janvier prochain.