Les organisations Coalition Poids, l’Association pour la santé publique du Québec, la Fondation des maladies du coeur, CAPSANA, les diététistes du Canada – Division Québec, le Groupe Promo-Santé Laval, Santé publique Laval et l’ambassadrice des saines habitudes de vie au Québec, Sylvie Bernier, ont réitéré leur appui à la proposition de Claude Larochelle de revoir le cadre alimentaire de Laval afin d’y interdire la vente de boissons sucrées et de boissons énergisantes sucrées dans les édifices municipaux; durant une conférence de presse conjointe à l’hôtel de ville, ce matin.

Pour l’initiateur de la proposition, le conseiller municipal de Fabreville et représentant de l’Opposition officielle, Claude Larochelle, cette mobilisation « inespérée » des organismes de la santé appelle à l’action politique.

« Depuis un mois, nous sentons une mobilisation sans égale de tous les acteurs-clé en santé publique.  J’espère que ces appuis sauront convaincre le Conseil de la nécessité d’adopter cette mesure ». Commente M. Larochelle

« La Coalition Poids salue l’initiative de vouloir cesser la vente de boissons sucrées dans les édifices municipaux lavallois. Ces boissons sont suffisamment accessibles, et ce n’est pas le rôle d’une ville de faciliter la consommation de produits nuisibles à la santé. » Commente la directrice de la Coalition Poids, Corinne Voyer.

« L’ASPQ encourage la ville de Laval à restreindre l’accès aux boissons énergisantes. Des mesures doivent être prises pour limiter l’accessibilité à ces produits et réduire leur consommation. Au Québec, déjà plus de 80 municipalités ont décidé d’agir et d’interdire la vente de boissons énergisantes dans leurs établissements. L’ASPQ espère que la Ville de Laval s’engagera dans la même voie.» Ajoute la spécialiste de contenus-substances psychoactives à l’Association de la santé publique du Québec, Émilie Dansereau.

« Réduire la consommation de boissons sucrées est l’un des meilleurs moyens pour réduire un apport calorique trop élevé et maintenir un poids santé. Les boissons sucrées ne présentent quasiment aucun bienfait pour la santé et elles favorisent fortement les maladies chroniques, l’obésité et de nombreux types de cancer. Le fardeau des boissons sucrées sur la santé et l’économie du pays est inquiétant. En ce sens, la proposition formulée est un geste responsable favorable à la santé des Lavalloises et des Lavallois.» A commenté le directeur des relations gouvernementales de la fondation des maladies du coeur et de l’AVC, Kevin Bilodeau.

Clarification de l’enjeu

M. Larochelle a profité de la conférence de presse pour rappeler que sa proposition vise seulement la vente de boissons sucrées à l’intérieur des édifices municipaux. Si la proposition est adoptée au conseil municipal du 3 avril, il appartiendra aux différents experts de la ville, de la Santé publique et des partenaires municipaux de déterminer les valeurs, les orientations et les restrictions à inclure à l’intérieur de la nouvelle politique alimentaire.  La proposition sera débattue ce soir lors de la réunion du conseil municipal.