La proposition de revoir le cadre alimentaire de Laval afin d’y inclure une interdiction de vente de boissons sucrées, déposée par le Conseiller municipal de Fabreville, Monsieur Claude Larochelle, a été battue majoritairement au conseil municipal hier soir, malgré l’appui de la conseillère de Chomedey, Aglaia Revelakis et la large mobilisation des organisations en santé, dont la Coalition Poids, l’association pour la santé publique du Québec, l’Ordre des diététistes du Canada, le Groupe Promo-Santé, la Fondation des maladies du coeur et de l’AVC, CAPSANA, et l’ambassadrice québécoise en saines habitudes de vie, Sylvie Bernier.

Défendre l’inaction par un dédale administratif

Tous les élus de la formation politique du maire, le Mouvement Lavallois, ont voté contre la proposition de M. Larochelle en plaidant que « l’avis des experts » devait précéder la décision du conseil, alors que plusieurs experts cités par le maire avaient déjà soutenus la proposition de M. Larochelle. Pour l’élu de l’opposition, cet « argumentaire complètement décousu a mieux reflété l’incompréhension de l’enjeu que l’état actuel de la situation. »

« « L’état de la situation » présenté hier soir a étalé des actions isolées avec 5 entités différentes. La politique régionale de développement social ne fait à aucun moment mention du cadre alimentaire de la ville et des problématiques de la santé reliées à la consommation de boissons sucrées. D’autre part, aucune documentation ne mandate formellement le comité intersectoriel de revoir le cadre alimentaire de Laval afin d’y inclure une interdiction de vente de boissons sucrées et l’échéancier n’a pas été présenté au Conseil. Nous avons manqué une importante opportunité de formuler un mandat clair à nos partenaires. » Explique M. Larochelle.

La santé, un enjeu au delà de la partisanerie

Le représentant de l’Opposition officielle a vu dans ce refus une décevante démonstration de la ligne de parti imposée par le Mouvement Lavallois.

« L’omniprésence de la partisanerie au sein de l’équipe du Maire a atteint hier soir un degré qui me déçoit profondément. Malgré le soutien à notre proposition par les experts nationaux en santé et en alimentation, l’équipe du maire s’est soustrait à la volonté commune d’améliorer l’environnement alimentaire de la population lavalloise.