Les deux points à l’ordre du jour traitant de l’avenir du Boisé du Trait- Carré ont été reportés au mois prochain, à la suite d’un long débat qui a entretenu les élus lors de l’assemblée du conseil municipal, hier soir.

Une transaction évitée de près

 

Ce terrain vierge de 12 hectares situé au cœur du centre-ville Lavallois était visé par une recommandation d’entériner dès hier soir l’entente avec la FTQ, laissant près de 60 % de la superficie du Boisé au promoteur immobilier. Le cas échéant, la proposition du conseiller municipal de Fabreville, Claude Larochelle, visant quant à elle de préserver le boisé du Trait-Carré de tout développement immobilier, commercial, et industriel, aurait été caduque.

« Nous avons évité de justesse hier soir l’acquisition de près de 60% du dernier terrain vierge public au centre-ville par un promoteur immobilier. Nous espérons maintenant que le mois que nous avons devant nous permettra de convaincre la majorité du conseil municipal d’empêcher cette transaction et de choisir la voie de la préservation.» A commenté M. Larochelle.

Investissement visionnaire

Le chef de l’Opposition officielle, Michel Trottier, répète que les Lavallois sont déjà les uniques propriétaires du terrain du Boisé, que la Ville de Laval a acquis pour la somme de 16,4 millions de dollars*. Concrètement, si la ville de Laval refuse de laisser la majorité du Boisé Trait-Carré au promoteur, elle devra payer un montant additionnel de 2,7 millions de dollars sur le coût d’expropriation de la Place Bell. Pour le chef de l’Opposition officielle ces sommes représentent un investissement nécessaire.

 

« La conservation du Boisé du Trait-Carré est un investissement visionnaire et nécessaire pour assurer la qualité de notre ville à long terme. Nous refusons de laisser le maire de Laval détruire 60% du dernier espace vierge public du centre-ville de Laval pour rembourser une dette. » A commenté le chef de l’Opposition officielle.

En route vers le budget 2019

Profitant de la période de question réservée aux citoyens, le chef de l’Opposition officielle a d’ailleurs insisté sur la nécessité d’impliquer tous les élus dans le processus de planification du budget 2019.

« La nouvelle réalité politique au conseil municipal oblige le maire à collaborer avec tous les élus à la planification du budget 2019. Ce sera l’occasion d’identifier les meilleures sources budgétaires qui nous permettront de rester l’unique propriétaire du Boisé ». Conclut M. Trottier.

Rappelons qu’en cette saison estivale, les périodes de vacances prévues par les élus fragilisent la stabilité de la majorité au conseil. Les deux propositions seront débattues lors de la prochaine séance du conseil, le 7 août prochain.

*Une indemnité additionnelle potentielle de 4,4 M$ est réclamée par le vendeur du Boisé du Trait-Carré.