Le chef de l’opposition officielle, Michel Trottier, ainsi que le conseiller municipal de Fabreville, Claude Larochelle, critiquent la faiblesse de la planification budgétaire dans le mémoire de Ville de Laval sur la légalisation de la marijuana ainsi que ses dispositions restric tives jugées « abusives ».

Restrictions abusives

Outre la réception tardive du mémoire et la présence de recommandations caduques dans le contexte actuel, le cabinet de l’opposition officielle craint que les dispositions restrictives souhaitées par la ville de Laval soient à l’encontre de l’esprit même de la légalisation de la marijuana.
«Si un locataire ne peut pas consommer dans son appartement, et la
municipalité l’empêche de consommer sur la voie publique, dans les parcs, et les espaces verts, il s’agit d’une interdiction pure et simple, et non d’encadrement. L’enjeu d’iniquité pour certaines classes de citoyens doit être sérieusement analysé, surtout quand l’on sait qu’environ le tiers des Lavallois habitent en logement locatif. » Stipule le conseiller municipal de Fabreville, Claude Larochelle.

Le chef de l’opposition officielle ajoute que l’interdiction de points de vente à proximité des écoles et des aires de jeux dans les parcs est essentielle, mais une flexibilité doit être proposée dans les espaces publics pour respecter l’esprit de la loi.

Absence de budget

L’opposition officielle critique également la pauvreté des arguments budgétaires étayés dans le mémoire de Ville de Laval, dont les seules dépenses analysées sont liées au service de police à raison de 1,5M$.

« On comprend que le service de police est le seul service municipal à avoir évalué les coûts liés à l’encadrement de la légalisation de la marijuana à Laval. Plusieurs besoins sont énumérés mais nullement quantifiés, alors que de nombreuses municipalités sont à même d’appréhender les coûts à venir avec des perspectives chiffrées. Nous devons mieux anticiper nos besoins si on souhaite crédibiliser nos demandes au gouvernement provincial. » Conclut Miche Trottier.

Le mémoire de la ville de Laval concernant la légalisation de la marijuana sera déposé au prochain conseil municipal, mardi le 6 février prochain.