Le conseiller municipal de Fabreville et représentant de l’Opposition officielle, Claude Larochelle, a proposé que la ville de Laval conserve l’entièreté du boisé du Trait-Carré dans le domaine public lors de la séance du conseil municipal ce soir; en préservant ce dernier terrain vierge du développement immobilier pouvant atteindre 25 étages de hauteur, tel que prévu par l’équipe Demers dans près de 60% de ce territoire.

Préserver un grand espace naturel

M. Larochelle a fait la proposition que la ville de Laval préserve entièrement le territoire du Boisé du Trait-Carré du développement résidentiel, commercial, et industriel.

« Le boisé du Trait-Carré est le dernier espace vierge situé dans le centre-ville de Laval et nous devons aujourd’hui assurer la pérennité de cet espace naturel pour les générations futures. Le boisé est menacé par le zonage qui permet la construction de tours pouvant atteindre 25 étages et nous devons l’empêcher. » Explique M. Larochelle.

Pour le chef de l’Opposition officielle, Michel Trottier, le boisé du Trait-Carré est l’occasion unique de doter Laval d’un grand parc à l’image du Central Park de New York et du Parc du Mont-Royal de Montréal.

« Le boisé du Trait-Carré est notre dernière chance de doter Laval d’un espace vert de qualité au centre-ville, comme l’ont fait Montréal et New York avant nous. Les espaces verts dans les centres urbains représentent non seulement un atout environnemental, mais ils contribuent également à augmenter la valeur économique de tous les bâtiments à proximité, d’améliorer la santé et le bien-être des citoyens.» Ajoute le chef de l’Opposition officielle.

Répondre intelligemment au manque criant d’écoles à Laval

Considérant la nécessité de construire 11 écoles à Laval exprimée par la directrice de la Commission scolaire de Laval, Louise Lortie, en 2017, le manque d’écoles dans le quartier de Laval-des-Rapides et les difficultés d’accès à des terrains pour la Commission scolaire de Laval, M. Larochelle a également proposé que la Ville étudie la possibilité de dédier un emplacement du boisé à la commission scolaire de Laval afin d’y construire une école respectueuse de l’environnement.

« De nombreuses innovations permettent aujourd’hui la construction d’écoles écologiques. Toit vert, stationnement réduit, sentiers d’accès, les possibilités sont nombreuses. Laval doit se préparer dès maintenant à faire face à la pénurie des écoles et l’aménagement du boisé du Trait-Carré serait l’occasion idéale pour le faire de manière novatrice et environnementale. » Propose le conseiller municipal de Fabreville.

Appel à la raison

M. Trottier affirme que le développement immobilier pouvant atteindre 25 étages prévu dans près de 60% du boisé du Trait-Carré est contraire aux orientations de la Ville. Il se réfère à la vision de Laval « Urbaine de nature » qui prévoit « Miser sur des aménagements urbains et des services qui favorisent le lien entre les citoyens et la nature, et qui préservent la biodiversité de la flore et de la faune »; et qui propose de « Planifier l’aménagement du territoire en misant sur ses attribut distinctifs: son caractère insulaire, sa zone agricole, son eau, ses berges, ses bois et ses milieux naturels. »

« Préserver l’entièreté du boisé du développement immobilier et évaluer la possibilité d’y construire une école écologique est une proposition cohérente avec la vision et les besoins de Laval. J’espère de tout coeur que nous parviendrons à mobiliser la population et convaincre la majorité des élus pour empêcher la destruction de près de 60% de ce poumon vert. » A conclu M. Trottier.

La proposition sera débattue lors de la prochaine séance du conseil municipal, le 10 juillet prochain.